Clicky

Mardi je donne : trouver la meilleure approche

Mardi je donne est un mouvement dédié à la générosité et au bénévolat. La 7e édition annuelle de Mardi je donne a lieu le 3 décembre. À cette occasion, des organismes de bienfaisance, des particuliers et des entreprises se rallient à une cause qui rassemble les communautés et qui favorise le partage des principes altruistes et l’esprit d’entraide.

L’un de nos organismes à but non lucratif clients a récemment demandé à son conseiller principal des recommandations sur des stratégies gagnantes en vue de la journée Mardi je donne. Puisque les membres de l’équipe de Global Philanthropic Canada travaillent en étroite collaboration, ce conseiller s’est donc adressé à nos experts-conseils de tout le Canada. Voici quelques-unes des réponses obtenues :

« Je recommande aux clients de ne rien demander à l’occasion de la journée Mardi je donne. Je leur propose plutôt de se démarquer des milliers d’autres organismes de bienfaisance en organisant un “mercithon” durant lequel ils communiquent avec les donatrices et les donateurs simplement pour leur dire merci. Ces simples appels sont une excellente occasion pour l’organisme de recevoir des dons. »

                                                            Danielle Boucher
                                                            Vice-présidente, Atlantique, et conseillère principale

« Je suis d’accord avec Danielle. Il n’y a rien de spécial dans un message qui parle d’atteindre un objectif avant la fin de l’année ou qui demande des dons à l’occasion d’un anniversaire. Pour se démarquer, appelez les donatrices et les donateurs mardi pour leur parler des retombées de leurs dons. Racontez une histoire de réussite vécue par l’un de vos clients. Demandez à votre présidente ou à votre président de faire des appels, simplement pour dire bonjour. »

                                                            Richard Walker
                                                            Conseiller principal, Pacifique

« Prise isolément, la journée Mardi je donne n’est pas très efficace pour un organisme de bienfaisance. Si l’organisation attend trop tard pour planifier cette journée, elle ne peut espérer avoir un effet percutant.

La journée Mardi je donne doit faire partie d’un plan plus vaste pour recueillir des fonds. Elle doit être un point de ralliement pour un grand nombre de campagnes de sollicitation et d’activités qui mènent à cette journée. Les organismes de bienfaisance doivent commencer des mois avant l’événement et voir cette journée comme l’aboutissement d’une campagne soigneusement conçue et mise en œuvre. Il faut commencer à recevoir des dons dès septembre et octobre en vue de la journée Mardi je donne, afin de faire de la sensibilisation et encourager les dons. »

                                                            Bob Baker
                                                            Vice-président, Ontario, et conseiller principal

« J’adore la suggestion de profiter de la journée Mardi je donne pour remercier les donatrices et les donateurs! Je recommande de ne pas voir la journée Mardi je donne comme l’occasion de procéder à un unique envoi massif de courriels. Il faut raconter des histoires en vue de cette journée, durant la journée et après l’événement, afin de maximiser les résultats.

 J’ai aussi vu des équipes se servir de la journée Mardi je donne comme d’un tremplin en utilisant des stratégies de segmentation personnalisées faisant partie, comme le précise Bob, d’un plan plus vaste.

 Par exemple, on peut profiter des semaines précédant la journée Mardi je donne pour remercier les donatrices et les donateurs, pour partager des témoignages sur l’utilisation passée des dons versés à l’occasion de la journée Mardi je donne, et pour s’assurer que chaque donatrice et donateur comprend pourquoi ces dons sont importants. Cultivez les relations avec ces donatrices et ces donateurs, orientez-les et questionnez-les informellement en leur proposant des options concernant les histoires que vous partagez avec eux. Si vous leur donnez deux ou trois options, les donatrices et les donateurs pourraient-ils s’identifier en fonction de leurs comportements de clic? Consignez ces données, triez-les et utilisez-les pour recibler et segmenter les donatrices et les donateurs de la journée Mardi je donne.

 Plutôt que de présenter un message générique à l’occasion de Mardi je donne, tirez profit des données recueillies dans le cadre des activités après-don pour faire parvenir aux donatrices et aux donateurs des messages segmentés basés sur leurs intérêts et leurs comportements particuliers. Par exemple, vous pourriez vous demander quel aspect prioritaire de votre mission correspond le mieux à chaque segment? Utilisez ces données pour améliorer la participation.

Les comportements individuels des donatrices et des donateurs peuvent être utilisés pour raconter de meilleures histoires. »

                                                            Chris Steeves
                                                            Conseiller principal, Atlantique

« Les Repaires jeunesse du Canada appellent cette journée le mardi de la gratitude. »

                                                            Jane Dafoe
                                                            Conseillère principale, Prairies

« Mardi je donne peut servir d’outil très efficace pour faire des acquisitions, surtout pour les organismes de bienfaisance qui sont nouveaux dans le milieu de la collecte de fonds.  

Prenons par exemple un client qui a récemment reçu son numéro d’enregistrement d’organisme de bienfaisance et qui procède à l’élaboration de son plan stratégique de développement philanthropique. La journée Mardi je donne lui fournira un élément pour un programme mieux intégré et, si cela est fait correctement, sera l’occasion de faire de la sensibilisation et de la segmentation, de cultiver des relations et de cibler de futurs donateurs et donatrices d’une manière significative et stratégique.

Cette activité peut être intégrée en douceur à la stratégie d’un organisme de bienfaisance en matière de médias sociaux en vue d’obtenir une analyse des données sur les préférences des donatrices et des donateurs, ainsi que d’autres renseignements essentiels pour segmenter la mise en marché durant le développement d’une base de donatrices et de donateurs. »

                                                                        Val Hoey
                                                                        Conseillère principale, Prairies

Nos experts-conseils sont prêts à travailler avec vous pour élaborer un plan global qui vous aidera à maximiser toutes les possibilités de recevoir des dons. Communiquez avec nous et ensemble nous allons penser, bâtir et tracer la voie pour créer des organisations plus viables.